Livre d’Or

Écrivez un nouveau message dans le livre d’or

 
 
 
 
 
 
 

Les champs marqués avec un * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Il se pourrait que votre message n’apparaisse dans le livre d’or qu’après que nous l’ayons vérifié.
Nous nous réservons le droit de modifier, de supprimer, ou de ne pas publier les messages.
304 messages.
Debuiche Claude Debuiche Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 15 h 47 min:
Blangy le 10 novembre 2014 Inauguration de l'exposition des poilus de 14/18. 0/18- LE GRAND PERE QUE NOUS N'AVONS PAS CONNU Le grand père que nous n'avons pas connu est parmi nous ce soir. Cette rencontre en l'honneur de nos parents morts au cours de la "Grande guerre", qui à lieu grâce à vous habitants de Blangy, est une renaissance en même temps qu'une reconnaissance du combat mené pour la liberté. Merci. Merci encore. Merci au conseil municipal et à toutes les bonnes volontés qui se sont manifestées à cette occasion. Les textes qui suivent dans les 18 messages successifs ci-dessous résument les pensées qui me traversent à l'occasion de cette inauguration de l'exposition des poilus de 14 / 18.
Debuiche Claude Debuiche Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 15 h 42 min:
1/18- PELERINAGE Blangy sur Ternoise, chaque fois que j'y reviens … et que je m'en éloigne … m'apparaît comme "… un trou de verdure où chante une rivière" " … un petit val qui mousse de rayons" Marchant sur le chemin de la route de Blangy doucement je remonte le temps … et me souviens "un soldat jeune,….. tête nue" "… la nuque baignant dans le frais cresson bleu" …"les pieds dans les glaïeuls, il dort. …" "nature berce le chaudement: il a froid"… … "Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine" "Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit" (Rimbaud octobre 1870 les cahiers de Douai) Cette atmosphère paisible de la colline de Blangy qui contraste avec le souvenir tragique des guerres qui inspire Rimbaud accompagne la conversation que j’entretiens avec mes parents défunts.
Debuiche Claude Debuiche Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 15 h 39 min:
2/18- L'ASSOCIATION DES "DEBUICHE" Notre association est née en 2002 à l’initiative de Jean Paul Debuiche. Il en est tout naturellement le Président. Jean Paul aurait aimé être présent ce soir. Il tient à remercier Monsieur le Maire et l'ensemble du conseil municipal de ce que vous faites ici pour conserver la mémoire de nos aïeuls. Jean Paul mène depuis plusieurs décennies des travaux sur la généalogie de notre famille qui représentait une quarantaine de personnes à Blangy dans les années 1840. Ses recherches généalogiques l'ont conduit à s'intéresser à la vie de la famille au cours des siècles passés mais aussi à celle des habitants de Blangy et soulignent la solidarité qui unissait ceux qui n'avaient presque rien à ceux qui frappés par le malheur avaient encore moins. Le Claude Debuiche qui vous parle, né au XXème siècle, n'oublie pas celui qui serait né à Blangy en 1635
Debuiche Claude Debuiche Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 15 h 33 min:
3/18- NOS GRANDS PARENTS MORTS EN 14/18 Jean Paul, le Président de notre association, est le petit-fils d'Elisée Debuiche lui-même ainé d'une famille de 14 enfants dont le père, Charles, décède dès 1893. L'épouse de Charles, Zélie Debuiche née Zélie Lhomme, la maman de cette fratrie, élèvera seule ses 14 enfants. "Grand-mère Zélie", qui reste dans la mémoire de notre famille comme un personnage de roman, connaitra la douleur de voir 9 de ses enfants partir avant elle dont trois décèdent au cours de la guerre de 14 / 18 : - MOÏSE, décédé le 23.6.1916 à l'âge de 26 ans ; - VICTOR, décédé le 29 novembre 1915 à l'âge de 32 ans … et - PAUL DEBUICHE, mon grand-père, décédé le 19 mars 1915 à l’âge de 37 ans. Moïse et Paul reposent à Blangy. Nos parents sont avec nous chaque fois que nous nous réunissons au sein de l'association. Ils sont de nouveau avec nous à l'occasion de votre exposition "1914 - 2014 ".
Debuiche Claude Debuiche Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 15 h 25 min:
Inauguration de l'exposition des poilus de 14/18 4/18- AOUT 1914 L'Europe s'engage … et entraine le monde (les troupes japonaises débarquent au bout du bout du monde, à Vladivostok le 10 avril 1918) dans un suicide collectif, dans une guerre de position qui tuera d'autant plus de personnes qu'aucun des belligérants n'a les moyens de la terminer. La France mobilise plus de 8 millions d'hommes dans les combats, l'Allemagne 14 millions. La France perdra 1 400 000 de ses enfants principalement dans les générations de 19 à 27 ans. Il faudra attendre 1950 pour que notre pays retrouve sa population de 1914, soit 40 millions de personnes. Terrible bilan, l'Allemagne perdra 1 900 000 des siens et 1 800 000 russes; 1 100 000 austro-hongrois; 750 000 britanniques; 650 000 italiens,… périront. En tout 10 millions de morts et 1 million d'invalides sonnent le glas d’un monde qui s'éteint.
Debuiche Claude Debuiche Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 15 h 21 min:
Claude Debuiche né à Blangy en 1635 Blangy le 10 novembre 2014 Inauguration de l'exposition des poilus de 14/18. 5/18- AOUT 1914 LES RAISONS DE LA DERAISON 1 L'enchainement mécanique des accords diplomatiques et militaires à la charnière des 2 siècles est le résultat: - De déséquilibres économiques; - De la défiance qui règne entre les peuples; - De l'évolution de la pensée qui entraîne un conflit de génération, les passions et la violence qui conduiront à la guerre
Debuiche Debuiche a écrit le 24 janvier 2015 à 15 h 18 min:
6/18- AOUT 1914 LES RAISONS DE LA DERAISON 2 L'enchainement mécanique des accords diplomatiques et militaires d'abord car ils cristallisent et donnent une forme visible aux bouleversements profonds qui font vibrer notre société. -Les Etats baltes combattent pour la reconnaissance de leur identité et revendiquent des frontières nationales. -Les Serbes rêvent de la grande Serbie au grand désarroi de ce que l'on appelle encore l'"Empire d'Autriche-Hongrie" ayant toujours à sa tête un membre de la dynastie des Habsbourg. -Le grand frère russe soutient ses frères slaves que sont les Serbes. -Contre ce géant l'Autriche-Hongrie est impuissante et sollicite l'Empire allemand qui non sans arrières pensées s'empresse d'accepter.
Debuiche Claude Debuiche Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 15 h 16 min:
7/18- AOUT 1914 LES RAISONS DE LA DERAISON 3 L'enchainement mécanique des accords diplomatiques … (suite 1) -Dans un souci d'imposer 2 fronts à l'Empire Allemand un accord d'assistance militaire est signé entre la Russie et la France -laquelle est soutenue par la Grande Bretagne soucieuse de conserver un paravent contre toute invasion de son territoire et dans le même temps disposer de bases solides de débarquement sur le continent dans la mesure où la France ne prend pas trop de poids dans les rapports de forces en Europe. …… toujours en vertu de sa diplomatie dite d'équilibre des forces dont ni Richelieu, ni Napoléon, ni Hitler ne viendront à bout. -L'attentat de Sarajevo le 28 juin 1914 conduit, avec le soutien de l'Allemagne, l'Empire d'Autriche-Hongrie à provoquer la Serbie à travers des exigences léonines impossibles à satisfaire par les Serbes.
Debuiche Claude Debuiche Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 15 h 12 min:
8/18- AOUT 1914 LES RAISONS DE LA DERAISON 4 L'enchainement mécanique des accords diplomatiques … (suite 2) -L'Allemagne sous-estime la détermination des Russes à défendre les Serbes -L'Autriche-Hongrie pêche par orgueil, elle déclare la guerre à la Serbie et les pièces du domino des accords diplomatiques tombent une à une déchainant les monstres de l'enfer…Jusqu'à l'Armistice du 11 novembre 1918. Le déclin de l'Europe est engagé. Nous savions déjà avec le déclin de la Grèce et la chute de Rome que, comme les étoiles les civilisations naissent, vivent et meurent. Après cette guerre Paul Valéry nous le rappelle :"nous autres civilisations nous savons maintenant que nous sommes mortelles … ". On ne peut s'empêcher de s'interroger face à cette curieuse faillite de la mémoire.
Debuiche Claude Debuiche Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 15 h 08 min:
9/18-LES RAISONS DE LA DERAISON 5 Les déséquilibres économiques L'Allemagne connait une période florissante et doit amortir les très importants investissements quelle a consentis. Il lui faut pour cela trouver des débouchés nouveaux. Pour ce faire elle vise ostensiblement un nouveau partage de l'Afrique. Mais 2 faits viennent obscurcir son horizon : -L'Allemagne se trouve en concurrence avec les puissances coloniales que sont la Grande Bretagne et la France. Les points de frictions se multiplient; - en fermant ses frontières aux produits étrangers l'Allemagne se tire une balle dans le pied. Cette attitude provoque, de la part de ses voisins, des réactions protectionnistes en représailles. Une violente tentation de briser les résistances par la guerre afin de s'ouvrir des marchés nouveaux ébranle l'Allemagne soutenue par une opinion publique qui s'estime frustrée. L'Allemagne développe un budget militaire.
Debuiche Claude Debuiche Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 14 h 54 min:
10/18-LES RAISONS DE LA DERAISON 6 La France pense que la situation de l'Allemagne ne peut conduire qu'à la guerre. Elle augmente également son budget militaire. L'Autriche-Hongrie est déstabilisée par les revendications nationalistes slaves. Les mouvements révolutionnaires dès 1905 en Russie entrainent suspicion et inquiétudes dans les "Empires" qui reposent encore sur des dynasties royales (Allemagne-Autriche Hongrie-Russie-Empire Ottomans). Le grave désaccord entre la France et l'Allemagne qui suit le voyage ostentatoire de Guillaume II à Tanger en 1905 conduit Charles Péguy à écrire dans ses cahiers: "tout le monde en même temps connut que la menace d'une invasion allemande est présente, qu'elle était là, que l'imminence était réelle."(texte de 1905). La méfiance, le doute se sont immiscés dans les rapports entre les peuples. Et quand on doute en politique, on ne s'abstient pas, ON S'ARME.
debuiche debuiche a écrit le 24 janvier 2015 à 14 h 40 min:
11/18- AOUT 1914 LES RAISONS DE LA DERAISON 7 Les évolutions de la pensée 1 A la frontière des 2 siècles plusieurs courants de pensée se superposent soutenus par des intellectuels et des hommes politiques influents, pacifistes ou non, et alimentent un nationalisme agressif. -En Allemagne ces personnalités appuient les activités de la ligue pangermaniste (germanisation à l'intérieur et expansionnisme à l'extérieur). Cette ligue transcende l'Allemagne qu'elle présente comme " l'avenir du monde" au "milieu de peuples décadents…". -A la fin du XIXème le darwinisme est revendiqué pour être appliqué aux relations internationales par "la sélection durable des peuples les plus capables" écrit en 1912 Paul Rohrbach. La même année Von Bernhardi écrit "c'est dans la sélection que réside la force créatrice de la guerre. … la guerre est …. une nécessité biologique … ".
DEBUICHE Claude DEBUICHE Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 14 h 33 min:
12/1- AOUT 1914 LES RAISONS DE LA DERAISON 8 Les évolutions de la pensée 2 -Selon la thèse classique du marxisme léninisme l'impérialisme économique est le stade ultime du capitalisme acculé à la guerre pour exister et survivre. -L'idéal communiste se prétend universel. Il veut s'imposer par la lutte des classes sur tout l'espace terrestre. La violence est revendiquée haut et fort. Lénine déclare au congrès des soviets " … les gémissements de ceux qui se sentent déconcertés par cette violence ne nous dérangent nullement … "
DEBUICHE Claude DEBUICHE Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 14 h 30 min:
13/18- AOUT 1914 LES RAISONS DE LA DERAISON 9 Les évolutions de la pensée 3 -Avant 1914, les jeunes qui arrivent à l'âge adulte jugent très sévèrement leurs ainés qu'ils qualifient de "défaitistes, décadents, sceptiques et narcissiques". Cette jeunesse des années 1890 et 1900 exalte le "goût de l'action" et revendique son "anti-intellectualisme"; "la foi patriotique"; "le culte des vertus belliqueuses". La guerre s'entoure d'un prestige nouveau car elle ranime le goût des vertus les plus nobles. A Kant, humaniste du siècle des lumières, cette jeunesse oppose Nietzsche et sa morale héroïque. Ce conflit de génération s'illustre dans "l'appel des armes" de Psichari Ernest. Ce livre peint un jeune soldat qui s'oppose aux idées pacifistes de son père instituteur. Tout un symbole. Issue de cet ouvrage l'expression "la guerre est divine" traverse les frontières.
DEBUICHE Claude DEBUICHE Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 14 h 27 min:
14/18- AOUT 1914 LES RAISONS DE LA DERAISON 10 Les évolutions de la pensée 4 Ces idées nouvelles vont s'affirmer au fil des années qui précèdent la guerre. Le même courant de pensée apparait en Italie. Selon Corradini : "les nations … ne sont pas autres choses que la consolidation d'un état de guerre permanent, … " . -Enfin le Mouvement Futuriste exalte l'action, la vitesse, la sélection et la guerre. Son manifeste publié en 1909 est d'une violence inouïe. Ainsi dans l'esprit des générations montantes la guerre est perçue comme une sélection divine ou naturelle entre les peuples. Pourtant nombreux les pacifistes ne parviennent pas à convaincre. Jaurès est assassiné.
DEBUICHE Claude DEBUICHE Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 14 h 23 min:
Blangy le 10 novembre 2014 Inauguration de l'exposition des poilus de 14/18. 15/18- L'ENFANT et les 5 BOUGIES Pour terminer sur les idées qui me passent par la tête à l'occasion de l'exposition des poilus de 14/18, pour nous-mêmes et à la mémoire de nos parents je propose de vous conter l’histoire de l'enfant et des 5 bougies. 5 bougies illuminent les rêves d'un enfant qui ne voit qu'elles ……. Chut ….. écoutons …. Ces bougies lui parlent doucement. La 1ère bougie déclare à l'enfant "je suis l'amour", mais je perds mes forces. Egaré par le mirage "d'arcs en ciel" Insaisissables qui se renouvellent sans cesse l'homme oublie d'aimer son prochain. La charité disparaît … La bougie de l'amour finit par s'éteindre.
DEBUICHE Claude DEBUICHE Claude a écrit le 24 janvier 2015 à 14 h 20 min:
16/18- Inauguration de l'exposition des poilus de 14/18 L'ENFANT et les 5 BOUGIES (suite 1) La seconde bougie murmure à son tour :" je suis la confiance "… fragile, qu'une brise souffle le doute … la médisance … et la flamme de la confiance s'éteint. La 3ème bougie dit à l'enfant "je suis la paix". Mais personne ne songe à conserver ma lumière. La conviction d'incarner des valeurs universelles conduit les hommes aux pires exactions convaincus qu'ils sont chacun d'être la voix de la raison. Je sens que je vais m'éteindre dit-elle. Et la flamme de la paix finit par disparaître.
DEBUICHE Claude né à Blangy en 1635 DEBUICHE Claude né à Blangy en 1635 a écrit le 24 janvier 2015 à 14 h 16 min:
Blangy le 10 novembre 2014 17/18- L'ENFANT et les 5 BOUGIES (suite 2) "Je suis la liberté" dit la 4ème bougie. Périclès nous a appris qu' "il n'y a pas de bonheur sans liberté" en précisant avec force qu'il n'y a "pas de liberté sans courage". D’autres nous l’ont confirmé, La Boétie, J Locke; Voltaire; Beaumarchais; V Hugo … Mais il faut le répéter, la liberté chèrement acquise est difficile à conserver tant la nature conduit l’homme à abuser du pouvoir qui lui est délégué. Dans cet esprit on est en droit d'espérer que Le droit, garant de la liberté, s'en tienne à formaliser les valeurs supérieure d'une civilisation. Mais que le droit prétende orienter, éduquer la société ou réglementer nos simples faits et gestes, alors le droit devient opportuniste, moralisateur et liberticide et ceci toujours en vertus des grands principes. Méfions nous des grands principes que les autres veulent nous imposer.
DEBUICHE DEBUICHE a écrit le 24 janvier 2015 à 11 h 50 min:
Claude Debuiche né à Blangy en 1635 Blangy le 10 novembre 2014 Inauguration de l'exposition des poilus de 14/18. 18/18- L'ENFANT et les 5 BOUGIES (suite 3 et fin) Cette liberté c'est justement le combat de nos parents disparus … pour eux-mêmes bien sûr … mais aussi pour leurs enfants. Soyons vigilants, dit la bougie, les leçons de l'histoire s'effacent avec le renouvellement des générations. La flamme de la liberté pâlit sous la pression des ambitions et des idéologies. Et La bougie de la liberté s'éteint. L'enfant se tourne alors vers la dernière bougie qui lui dit: "n'aie pas peur tant que je brûle nous pourrons rallumer chacune de nos amies, restaurer la confiance, retrouver la paix et la liberté, JE SUIS L'ESPOIR
DEBUICHE CLAUDE NE A BLANGY en 1635 DEBUICHE CLAUDE NE A BLANGY en 1635 a écrit le 24 janvier 2015 à 11 h 44 min:
Claude Debuiche né à Blangy en 1635 Blangy le 10 novembre 2014 Inauguration de l'exposition des poilus de 14/18 18/18- L'ENFANT et les 5 BOUGIES (suite 3 et fin) Cette liberté c'est justement le combat de nos parents disparus … pour eux-mêmes bien sûr … mais aussi pour leurs enfants. Soyons vigilants, dit la bougie, les leçons de l'histoire s'effacent avec le renouvellement des générations. La flamme de la liberté pâlit sous la pression des ambitions et des idéologies. Et La bougie de la liberté s'éteint. L'enfant se tourne alors vers la dernière bougie qui lui dit: "n'aie pas peur tant que je brûle nous pourrons rallumer chacune de nos amies, restaurer la confiance, retrouver la paix et la liberté, JE SUIS L'ESPOIR.